Bonne année 2019!

Bonne année 2019 à tous!

L’année écoulée a vu la publication de deux livres. Une vie hardie, un essai philosophique et Le taureau d’argent, un roman historico-fantastique. Ces deux ouvrages, comme les précédents sont toujours disponibles.

Actuellement, je travaille sur le premier roman de ma série Agonies, Agonies: Alexandre le Grand. J’avance à grands pas. Par contre, je ne sais pas encore sous quelle forme je le publierai. Peut-être vais-je chercher un éditeur, mais j’étudie aussi de tenter le financement participatif. Ce qui me retient pour l’instant est le côté logistique: il faudrait environ deux cents personnes intéressées pour que cela vaille la peine. cela signifie que je devrais envoyer un nombre égal d’exemplaires dans un court laps de temps, ce qui représente une lourde charge de travail peu intéressant. Je ne peut donc pas prévoir de date de publication pour l’instant.

Je réfléchis également à un second ouvrage pour la série Agonies. Probablement qu’il parlera de la mort du philosophe Socrate. Le Socrate que nous connaissons est essentiellement décrit par Platon. Mais il faut rappeler que Socrate avait aussi comme disciple Antisthène, qui donna naissance au cynisme, philosophie qui prône notamment l’anticonformisme. Cela donne un angle d’attaque intéressant. De plus, cela donnerait une image différente de Socrate.

N’hésitez donc pas à vous inscrire à ma lettre d’information ou venir régulièrement visiter mon site, afin de recevoir de plus amples informations. Pour les utilisateurs Facebook, je publie les liens vers les articles de mon site sur ma page du réseau social, alors n’hésitez pas à m’y suivre et y dire que vous m’aimez ; ).

Bonne année 2019!

Première épreuve pour Le taureau d’argent

Avec une semaine de retard sur le délai de livraison prévu (à cause d’UPS, pour ne pas les citer), j’ai reçu la première épreuve de mon roman Le taureau d’argent. Le visuel est satisfaisant, donc rien à corriger de ce côté-là. Cet après-midi, je vais encore le relire intégralement. J’espère pouvoir en commander un stock demain. Je suis donc sur le point de pouvoir vous l’envoyer. N’hésitez pas à le commander dès maintenant.

Édition: j’ai encore corrigé de nombreux détails et me suis aperçu d’une grossière erreur sur le résumé de quatrième de couverture. Chaque contrôle et relecture compte!

Première épreuve pour Le taureau d'argent

Dernière ligne droite pour Le taureau d’argent

Nous voilà arrivés à la dernière ligne droite pour Le taureau d’argent. Je commençais en juin 2017 ce projet d’écriture. Une année et demie plus tard, le voici presque sous toit. J’ai reçu, il y a trois jours, les remarques de ma fidèle correctrice. Je les ai retranscrites le lendemain. Puis, j’ai relu une fois de plus tout le roman. Cela m’a permis d’alléger encore le style et d’effectuer d’ultimes corrections. Hier, j’ai envoyé le fichier numérique contenant le texte à mon imprimeur.

Aujourd’hui, j’ai finalisé la couverture. J’ai notamment créé la tranche du livre, dont la largeur est dépendante du nombre de pages. Je l’ai elle aussi transmise voilà quelques minutes.

Pour terminer, j’ai commandé un premier exemplaire qui me permettra de vérifier la qualité du volume. Je le recevrai entre le 7 et le 13 décembre. J’espère ainsi pouvoir être en mesure de vous envoyer Le taureau d’argent avant Noël.

Je vous informerez des ultimes étapes. Tenez-vous donc aux aguets ses prochains jours.

Dernière ligne droite pour Le taureau d'argent

Couverture du roman Le taureau d’argent

Alors que ma correctrice se trouve sous pression pour arriver à la fin de sa tâche dans les délais impartis, j’ai travaillé sur la première de couverture du roman Le taureau d’argent. Celle-ci garde la ligne adoptée pour les ouvrages précédents. Le nom de l’auteur est écrit en gris au sommet de la page, vient ensuite le titre en gros caractères, puis le registre littéraire. Une large part de la couverture est consacrée à l’image.

J’ai hésité entre diverses illustrations. J’imaginais peut-être des ruines encadrées de montagnes. J’envisageais également une photo de taureau blanc ou une sculpture qui représenterait cet animal. Finalement, j’ai opté pour celle que vous voyez. Elle a un fort lien avec l’histoire racontée dans Le taureau d’argent. Je ne vous en dévoilerai donc pas plus sur sa signification. Sachez cependant pour l’anecdote qu’il s’agit d’une œuvre antique, exposée au British Museum à Londres. D’autre part, la photo se trouve dans le domaine publique, donc libre de droits.

Vous pourrez passer commande de mon roman, si tout se passe bien, avant Noël.

Couverture du roman Le taureau d'argent

Relecture du roman Le taureau d’argent

Après quelques semaines de documentation et de scénarisation de mon nouveau projet, je suis prêt à en entamer la rédaction. Avant de passer à cette étape, je souhaite cependant finaliser mon roman Le taureau d’argent. J’ai donc passé ces dernières semaines à le relire plusieurs fois et à en améliorer le style. J’y consacrerai encore une semaine à dix jours. Il sera ensuite temps de transmettre le manuscrit à ma fidèle correctrice, qui va elle aussi le relire et corriger ce qui doit l’être.

Le taureau d’argent paraîtra à la fin de l’automne, probablement début décembre. Ainsi, ceux qui désirent l’offrir à leurs proches pour Noël auront le temps de se le procurer. Je vous tiendrai régulièrement informé de l’avancement de cette dernière phase avant publication.

relecture-du-roman-le-taureau-dargent

Point sur mes projets à l’été 2018

Après la parution d’Une vie hardie, j’ai passé quelques semaines sous d’autres cieux. Mais me voici de retour derrière mon clavier habituel. Durant ces vacances, j’ai pu profiter de quelques temps morts pour poursuivre mon travail de documentation et de scénarisation d’un nouveau projet. Pour ce prochain roman, j’abandonnerai le fantastique pour me concentrer sur le récit historique.

Cependant, mon but à court terme est de publier Le Taureau d’argent. Il paraîtra durant cet automne. Un des éditeurs contactés a souligné une erreur de style que je répétais souvent. Comme elle provient de l’habitude de mes personnages à progresser en solitaire, sa résolution constituera ma préoccupation principale.

Le roman à quatre mains continue lui aussi d’évoluer. Après avoir défini longuement notre récit, nous sommes passés à la phase d’écriture. Puis, nous avons parcouru nos travaux respectifs et sommes en train de les corriger et d’en améliorer leur cohérence.

Enfin, je suis très heureux des nombreux commentaires positifs reçus à propos de mon essai Une vie hardie. N’hésitez pas à le commander si vous ne l’avez pas encore découvert.

point-sur-mes-projets-a-lete-2018

Le Taureau d’argent suscite l’intérêt des éditeurs

Voilà un mois, je vous disais que j’avais achevé la rédaction de mon roman Le Taureau d’argent. Entre-temps, j’ai donc envoyé des exemplaires du manuscrit à plusieurs éditeurs. J’ai tenté de les sélectionnés selon l’intérêt qu’ils pourraient porter à un tel récit. C’est une tâche d’ailleurs assez difficile, car sur la plupart de leurs sites Web, il n’y a pas de critères explicites. J’ai reçu quelques réponses, mais toutes négatives pour l’instant.

Cependant, un éditeur a mentionné une critique positive dans son retour de courrier. Cela démontre que je ne me suis pas trompé dans ma démarche d’écriture. Je cite : « Merci pour votre envoi qui paraît correspondre à un récit tout à fait intéressant et très bien mené. » Les aspects historiques et fantastiques du Taureau d’argent ne s’accordaient néanmoins pas à la ligne éditoriale de la société.

Je m’attendais également à ne recevoir que des lettres types minimalistes, mais plusieurs d’entre elles sont très cordiales et sympathiques. Pour l’instant, l’expérience est positive.

intérêt des éditeurs pour le taureau d'argent

Fin de la rédaction du Taureau d’argent

Voilà deux mois, je vous disais que j’avais terminé la première version du roman qui s’appelle provisoirement Le taureau d’argent. Comme prévu à ce moment-là, j’ai passé le laps de temps écoulé à l’améliorer et à lui donner de l’ampleur.

J’y ai tout d’abord ajouté de nouvelles péripéties secondaires et transformé des ellipses en tribulations plus détaillées. Un des personnages voit même ses pas le conduire à Augusta Raurica (Augst, canton de Bâle). Cette cité constituait à l’époque romaine une importante ville de garnison au bord du Rhin. Le fleuve délimitait en effet l’Empire romain au nord-est. Si vous avez l’occasion de visiter la cité, vous y découvrirez d’ailleurs d’impressionnants vestiges.

J’y ai ensuite ajouté des descriptions afin de rendre l’environnement plus tangible. J’y ai également placé des dialogues pour dynamiser et alléger le récit. Enfin, un mystérieux personnage à la toge ocre a fait son apparition. Toutes ces adjonctions font que la longueur du roman a quasiment doublé.  Je vais encore passer quelques jours à relire et améliorer le style.

L’étape suivante consistera à chercher un éditeur. Cela peut prendre plusieurs mois et la tâche s’avère incertaine. Si elle ne se révèle pas concluante, je publierai le roman en auto-édition, comme De bric et de broc et Uryelle. Vous pourrez donc sûrement découvrir Le taureau d’argent au cours de l’année 2018.

Entre-temps, je ne resterai bien sûr pas inactif et m’attellerai à d’autres projets dont je vous parlerai prochainement.

Fin de la rédaction du Taureau d'argent

Sondage Taximagulos

Vous avez peut-être remarqué en entrant sur le site le petit sondage Taximagulos. Je suis en effet en train de réfléchir à un nom pour l’un de mes personnages. Je voudrais donc savoir qu’est ce que cet anthroponyme vous évoque à la première lecture.

Essayez d’y répondre sans réfléchir, le plus spontanément possible.

Merci à tous pour votre aide!

Sondage Taximagulos

Première version du Taureau d’argent

Je suis arrivé à la fin de la rédaction de la première version du Taureau d’argent. Notez que le titre est peut-être provisoire. Pour l’instant, je qualifierais l’ouvrage de novella. Comme indiqué dans mes précédents articles, l’intrigue se déroule au IIIe siècle dans la région située entre le Grand-Saint-Bernard et la colline de St-Triphon en passant bien sûr par Martigny. La ville du coude du Rhône était la capitale de la civitas vallensium à cette époque de domination romaine. Elle est donc incontournable.

Je vais maintenant passer du temps à peaufiner le texte. Je vais peut-être y ajouter un peu de chair. Ceux qui ont déjà lu mes écrits savent que j’ai un style naturel plutôt minimaliste. Éventuellement, je vais aussi y adjoindre des intrigues secondaires. Mon objectif est d’arriver à la longueur d’un court roman. Je pense qu’il me faudra encore quelques semaines, voire quelques mois pour arriver à une version qui me satisfasse pleinement.

Première version du Taureau d'argent