Avril 2019, Agonies: Socrate

Plusieurs projets hors littérature ont quelque peu ralenti mon rythme de travail en mars. Cependant, l’écriture de Agonies: Socrate a bien avancé. Je craignais d’aborder la rédaction de ce roman, auquel je souhaitais donner un côté comique, voire burlesque, mais tout se passe bien. L’ayant laissé de côté quelques semaines, je me suis replongé avec plaisir dans la partie déjà rédigée.

J’ai remarqué qu’il est similaire aux ouvrages de Platon, par l’abondance des dialogues. L’aspect philosophique sera bien sûr omniprésent. Un Socrate un peu flou, un Antisthène qui défend bec et ongle sa vision cynique de la vie sage. Apparaissent également Platon et une citation d’Aristippe de Cyrène.

De plus, je ne pense pas atteindre le nombre de pages suffisantes avec mon projet de départ. Aussi suis-je en train de songer à ajouter une seconde partie. Je viens d’ailleurs d’avoir une idée qui me semble digne d’intérêt, il y a quelques dizaines de minutes, en me promenant. Nietzsche disait du reste: “Seules les pensées que l’on a en marchant valent quelque chose.” (Le crépuscule des idoles)

J’espère que le livre captivera les lecteurs pas forcément férus de philosophie, par une certaine légèreté due à l’humour du texte, par la vivacité des dialogues et par l’absence de longues réflexions arides.

Avril 2019: Socrate

Février 2019: Alexandre et Socrate

Nous sommes déjà en février 2019. Même en montagne, la nature commence à se réveiller après quelques mois d’hiver et le soleil brille déjà haut. J’ai achevé la rédaction de Agonies: Alexandre le Grand. J’ai également procédé à de nombreuses relectures. Cela m’a permis d’ajouter quelques scènes secondaires et d’alléger le style. Je laisse pour l’instant reposer le texte et le reprendrai un peu plus tard, avec un regard neuf.

J’ai aussi entamé mon prochain roman, Agonies: Socrate. La première phase a consisté à lire divers ouvrages sur le philosophe; certains écrits antiques de Platon, de Xénophon et de Diogène Laërce. J’ai également tenté de percer la réalité historique de Socrate. Comme il n’écrivait rien, nous le connaissons qu’à travers les œuvres d’autres philosophes. Mais ceux-ci le présentent de manières diverses et même contradictoires, ce qui permet de considérer qu’ils ont utilisé le personnage de Socrate pour défendre leurs thèses.

En outre, je me suis intéressé à la philosophie cynique. Mon idée est de mettre en scène Socrate, accompagné d’Antisthène, le père de cette philosophie. Les caractéristiques de ce courant de pensée (notamment son anticonformisme) me serviront à teinter le roman d’humour, voire de burlesque.

L’étape suivante a consisté à produire un plan et à réfléchir aux protagonistes. J’ai commencé la rédaction du récit il y a quelques jours. Cette étape prendra plusieurs semaines. Je continuerai donc à vous tenir au courant de l’avancement.

Février 2019: Alexandre et Socrate
L’école d’Athènes – Raphaël