Fin de la rédaction de “Orion et l’aplatisseur de Terre”

Je m’aperçois que cela fait plusieurs mois que je ne vous ai pas donné de nouvelles. Malgré mon silence, j’ai bien sûr continué d’écrire. J’ai le plaisir de vous annoncer que j’ai terminé la rédaction de mon nouvel ouvrage. Pour mémoire, il s’agit d’un roman historique basé sur la biographie de Pierre-Louis Moreau de Maupertuis, savant du XVIIIe siècle, le siècle des Lumières. Il est connu pour ses travaux scientifiques et philosophiques. Le narrateur est son domestique métis, que Maupertuis considérait plus comme un fils que comme un serviteur. Le titre de l’ouvrage sera Orion et l’aplatisseur de Terre. À des fins de correction et d’amélioration, j’en suis actuellement à la cinquième relecture.

Je réfléchis également à un nouveau roman. Les muses m’ont fait grâce d’une demi-douzaine d’idées, mais deux m’intéressent plus particulièrement. L’une porte sur un astronome, antérieur à Maupertuis. Je m’orienterais cependant sur son travail d’alchimiste, avec peut-être un côté fantastique. Je lis maintenant un ouvrage biographique qui lui est consacré. L’autre idée me mènerait à la rédaction d’un roman d’anticipation, qui se déroulerait en Suisse. L’idée de départ provient de l’actualité, mais, je vous rassure, il ne parlera pas d’épidémie.

Fin de la rédaction de "Orion et l'aplatisseur de Terre"

Avancement de mon nouveau roman, Orion

Il y a quelques mois, je vous disais que j’avais entamé l’écriture d’un nouveau roman historique. Le récit prend place au XVIIIe siècle, le siècle des Lumières. Il se base sur la biographie du savant Pierre-Louis Moreau de Maupertuis (1698-1759). Le narrateur est son unique domestique, métis, appelé Orion, “qui fut davantage un fils qu’un serviteur.”

Maupertuis, fils d’un corsaire malouin, a voyagé aux quatre coins de l’Europe, de l’Angleterre à la cour du roi de Prusse, en passant par Paris, la Laponie suédoise et Vienne. Autant dire que sa biographie constitue presque un roman en elle-même. Il a côtoyé les plus grandes figures de son époque, comme Voltaire, Frédéric II de Prusse ou des scientifiques, tels que Émilie du Châtelet, Anders Celsius, Charles Marie de La Condamine ou encore la famille Bernoulli.

C’est également Maupertuis qui introduisit, contre vents et marées, les théories de Newton en France et qui participa à prouver leur véracité.

J’ai rédigé pour l’instant une centaine de pages; je pense que le roman comportera environ deux cents pages. Ma méthode de travail, une fois n’est pas coutume, est non linéaire, mais itérative. Je reviens souvent en arrière pour ajouter des dialogues, des anecdotes ou encore des épisodes fictifs concernant la vie d’Orion. Je prévois d’achever le manuscrit pour le début de l’été.

Comme souvent, quelques idées pour de futurs romans trottent dans mon esprit, mais patience, j’y reviendrai en temps utiles.

Avancement de mon nouveau roman, Orion
Pierre-Louis Moreau de Maupertuis, en tenue Lapone,
aplatissant la Terre.

Trajectoire de mon manuscrit Agonies: Alexandre le Grand

Voilà bientôt deux mois que j’ai soumis le manuscrit de mon nouveau roman Agonies: Alexandre le Grand à quatorze éditeurs. Je les avais sélectionnés selon les types d’ouvrages qu’ils publient. Juger de la ligne éditoriale des candidats potentiels, essentiellement sur la base de leurs sites Web, s’avère cependant un exercice difficile. Parmi les éditeurs sélectionnés, six sont de grands éditeurs français; les autres se situent en Suisse romande.

À ce jour, j’ai obtenu six réponses, toutes négatives. Hormis les formules types, je relève que tous les comités de lecture ont pris connaissance de mon roman avec intérêt. L’une des réponses a été particulièrement dithyrambique. Je vous en livre un extrait:

S’ils (les membres du comité de lecture) ont pu découvrir les qualités de votre travail, l’érudition dont vous faites preuve tout au long du récit et ainsi aborder votre passion pour l’histoire; celle-ci superbement rédigée, rendant la lecture passionnante, ils ne souhaitent cependant pas entrer en matière pour une édition.

En effet, nous ne sommes pas l’éditeur qu’il vous faut, la taille de notre entreprise, le réseau de distribution, condensé uniquement sur la Suisse romande, ne nous permettent pas de toucher le lectorat qui pourrait être intéressé par votre thématique.

Vous devriez, sans trop de difficultés, trouver l’éditeur prêt à se lancer dans la publication de votre ouvrage.

En outre, quelques lecteurs ont déjà découvert le roman. Leur retour est également très positif, voire enthousiaste. J’espère donc qu’un éditeur se révélera intéressé. Quelques-uns m’ont d’ailleurs aimablement renvoyé le manuscrit, si bien que je vais sans doute le proposer à trois éditeurs supplémentaires.

Comme d’habitude, si mes démarches n’aboutissent pas, je publierai mon roman en autoédition. Vous pourrez ainsi juger vous-mêmes de sa valeur.

Trajectoire de mon manuscrit Agonies: Alexandre le Grand
Détail de la mosaïque d’Alexandre, musée archéologique de Naples.

Mon prochain roman se déroulera au XVIIIe siècle

Mon prochain roman se déroulera pendant le XVIIIe siècle, souvent nommé le siècle des Lumières. Le fil rouge du récit sera la vie d’un scientifique et philosophe illustre de cette époque. Il croisera évidemment des personnages célèbres, tels que Voltaire, Émilie du Châtelet, Frédéric II de Prusse, etc. J’ai adopté le point de vue de son unique serviteur qui, dit-on, était “davantage un fils qu’un domestique”.

Avant d’entamer la rédaction du roman, je me suis abondamment documenté. Mon idée de départ consistait à illustrer la vie à la cour de Frédéric II de Prusse, le roi-philosophe. J’ai suivi des conférences, lu des biographies et des œuvres de l’époque. J’ai également découvert une base de données qui propose de nombreuses lettres issues de la correspondance de ce siècle. Cette étape m’a incité à réorienter mon projet vers un récit plus large.

Mon ouvrage sera un roman historique très classique, qui ressemblera davantage à Agonies: Alexandre le Grand que Agonies: Socrate. J’en ai déjà rédigé une cinquantaine de pages; il pourrait s’avérer plus long que mes derniers livres.

Mon prochain roman se déroulera au XVIIIe siècle
Frontispice de l’Encyclopédie de
Diderot et D’Alembert, par Benoît Louis Prévost [Public domain]

Agonies: Socrate est sur le point d’être corrigé

Anne-Catherine, ma nouvelle correctrice, m’a communiqué qu’elle est sur le point d’achever la relecture de Agonies: Socrate. Comme chaque fois, je vais commencer par appliquer les corrections au fichier électronique. Puis, je lirais une fois de plus l’intégralité du texte. Je chercherais ensuite un éditeur.

Il faudra cependant attendre plusieurs mois les réponses des éditeurs. Dans l’intervalle, je ferai imprimer une dizaine d’exemplaires pour les plus impatients d’entre vous. Si mon roman vous intéresse, n’hésitez pas à m’écrire par le moyen qui vous conviendra, comme le formulaire de contact ou le bouton Whatsapp de ce site.

Agonies: Socrate est sur le point d'être corrigé
Portrait de Socrate. Marbre romain (1er siècle), peut-être une copie d’une statue de bronze perdue de Lysippe. Attribution: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Socrates_Louvre.jpg

Agonies: Alexandre le Grand est corrigé

Dorothée, ma fidèle correctrice, a terminé la relecture de Agonies: Alexandre le Grand voilà quelques semaines. J’ai passé ce laps de temps à les retranscrire dans mon fichier électronique, puis j’ai relu le roman encore une fois afin d’effectuer les dernières retouches.

Je vais maintenant envoyer le manuscrit à quelques éditeurs. Il faudra compter plusieurs mois avant de recevoir leurs réponses. En attendant, je vais donc vous en proposer un nombre limité. Je pense en commander une dizaine auprès de mon imprimeur habituel. Si mon roman vous intéresse, n’hésitez pas à m’écrire par le moyen qui vous conviendra, comme le formulaire de contact ou le bouton Whatsapp de ce site.

Agonies: Alexandre le Grand est corrigé

Août 2019: corrections des Agonies et un nouvel essai

Mon roman historique Agonies: Alexandre le Grand est en cours de correction. Je suppose qu’il pourrait intéresser un éditeur, aussi vais-je le proposer à quelques maisons d’édition. En effet, il s’agit d’un roman historique relativement classique, donc facile à positionner dans une collection existante. D’autre part, mon style progresse d’ouvrage en ouvrage. Enfin, je pense que le récit et la façon dont je le traite sont intéressants. J’ai établi une petite liste d’éditeurs susceptibles d’être intéressés. Quelques-uns sont de grands éditeurs et d’autres, des éditeurs plus modestes. Si la démarche n’aboutissait pas, je l’autoéditerais tout comme mes ouvrages précédents. Il faut compter plusieurs mois avant d’obtenir une réponse des maisons d’édition. Agonies: Alexandre le Grand sortirait donc en 2020.

J’ai également achevé le manuscrit d’Agonies: Socrate. Je l’enverrai pour correction en fin de semaine prochaine. Je pense aussi chercher un éditeur pour ce roman. Comme il s’agit d’un roman à la fois historique et philosophique, il sera plus difficile à positionner. Il vous faudra de même patienter jusqu’en 2020 pour le lire.

J’ai commencé l’écriture d’un nouvel ouvrage. Il s’agira d’un essai à propos de la phrase du romancier russe Fiodor Dostoïevski, “La beauté sauvera le monde”. J’en ai déjà établi le plan (provisoire?) et rédigé une vingtaine de pages.

Pour terminer, je souhaite remercier chaleureusement mes deux correctrices, Dorothée et Anne-Catherine, pour leur travail. Dorothée, qui a corrigé mes quatre précédents ouvrages, m’a permis d’améliorer mon style en mettant en évidence quelques mauvaises habitudes.

Août 2019: correction des Agonies et un nouvel essai

Alexandre, Socrate et… un essai

Depuis mon dernier article, datant du mois d’avril, j’ai consacré mon temps d’écriture à la rédaction du roman Agonies: Socrate. J’ai achevé cette phase en milieu de semaine passée. L’ouvrage se compose de trois parties:

  1. Socrate, malgré sa condamnation à mort, se promène dans la cité d’Athènes avec son disciple Antisthène, le père de la philosophie cynique. Ils mettent à l’épreuve les opinons des habitants, comme la toujours fait Socrate.
  2. La pythie de Delphes avait proclamé Socrate le plus sage de tous les hommes, malgré ou plutôt parce qu’il déclarait savoir qu’il ne savait rien. Il pense qu’en interrogeant les dieux, il pourra enfin acquérir des certitudes.
  3. Lorsqu’il se trouve parmi les dieux, Hermès qui l’accompagne, apprend que Gygès, l’un des Hécatonchires qui surveille Le Tartare, a disparu. Le dieu et le philosophe se lancent donc dans une enquête qui les feront croiser divers dieux, lieux et créatures mythologiques.

J’ai maintenant repris mon roman précédent Agonies: Alexandre, que je vais relire et corriger encore avant de le transmettre à ma fidèle correctrice.

Je suis également en train de songer à mon prochain ouvrage. Je pense avoir trouvé une idée intéressante, qui est en cours de développement. Elle fera l’objet d’un nouvel essai, si je décide de concrétiser le projet.

Alexandre, Socrate et... un essai

Avril 2019, Agonies: Socrate

Plusieurs projets hors littérature ont quelque peu ralenti mon rythme de travail en mars. Cependant, l’écriture de Agonies: Socrate a bien avancé. Je craignais d’aborder la rédaction de ce roman, auquel je souhaitais donner un côté comique, voire burlesque, mais tout se passe bien. L’ayant laissé de côté quelques semaines, je me suis replongé avec plaisir dans la partie déjà rédigée.

J’ai remarqué qu’il est similaire aux ouvrages de Platon, par l’abondance des dialogues. L’aspect philosophique sera bien sûr omniprésent. Un Socrate un peu flou, un Antisthène qui défend bec et ongle sa vision cynique de la vie sage. Apparaissent également Platon et une citation d’Aristippe de Cyrène.

De plus, je ne pense pas atteindre le nombre de pages suffisantes avec mon projet de départ. Aussi suis-je en train de songer à ajouter une seconde partie. Je viens d’ailleurs d’avoir une idée qui me semble digne d’intérêt, il y a quelques dizaines de minutes, en me promenant. Nietzsche disait du reste: “Seules les pensées que l’on a en marchant valent quelque chose.” (Le crépuscule des idoles)

J’espère que le livre captivera les lecteurs pas forcément férus de philosophie, par une certaine légèreté due à l’humour du texte, par la vivacité des dialogues et par l’absence de longues réflexions arides.

Avril 2019: Socrate

Février 2019: Alexandre et Socrate

Nous sommes déjà en février 2019. Même en montagne, la nature commence à se réveiller après quelques mois d’hiver et le soleil brille déjà haut. J’ai achevé la rédaction de Agonies: Alexandre le Grand. J’ai également procédé à de nombreuses relectures. Cela m’a permis d’ajouter quelques scènes secondaires et d’alléger le style. Je laisse pour l’instant reposer le texte et le reprendrai un peu plus tard, avec un regard neuf.

J’ai aussi entamé mon prochain roman, Agonies: Socrate. La première phase a consisté à lire divers ouvrages sur le philosophe; certains écrits antiques de Platon, de Xénophon et de Diogène Laërce. J’ai également tenté de percer la réalité historique de Socrate. Comme il n’écrivait rien, nous le connaissons qu’à travers les œuvres d’autres philosophes. Mais ceux-ci le présentent de manières diverses et même contradictoires, ce qui permet de considérer qu’ils ont utilisé le personnage de Socrate pour défendre leurs thèses.

En outre, je me suis intéressé à la philosophie cynique. Mon idée est de mettre en scène Socrate, accompagné d’Antisthène, le père de cette philosophie. Les caractéristiques de ce courant de pensée (notamment son anticonformisme) me serviront à teinter le roman d’humour, voire de burlesque.

L’étape suivante a consisté à produire un plan et à réfléchir aux protagonistes. J’ai commencé la rédaction du récit il y a quelques jours. Cette étape prendra plusieurs semaines. Je continuerai donc à vous tenir au courant de l’avancement.

Février 2019: Alexandre et Socrate
L’école d’Athènes – Raphaël